Nathan Grundy

Retrouver le bonheur, une victoire à la fois.

Voici comment un Canadien a utilisé de « petites victoires » pour surmonter la dépression

À la mi-janvier, la vie de Nathan Grundy en était venue à ressembler à une boule de neige pleine de boue.

Blotti sur son sofa, son gros édredon remonté jusqu’au nez, cet employé de bureau dans la trentaine n’avait pas quitté son appartement de Toronto depuis plus de trois jours, il n’avait pas dormi dans son lit depuis une semaine et il n’avait pas travaillé depuis un mois.

Ce n’était pas le genre d’hibernation apaisante dont beaucoup d’hommes (et tous les ours) canadiens ont besoin de temps à autre. La tristesse que ressentait Nathan avait commencé à faire boule de neige il y a six mois, quand il a vécu pour la première fois des changements dans son humeur, son niveau d’énergie et ses habitudes de sommeil. « Jétais toujours fatigué, je narrivais pas à dormir la nuit, jétais facilement agité et javais la mèche très courte », se rappelle-t-il.

À l’extérieur, Nathan était encore plein d’entrain, sociable et énergique. « Mais en vérité, j’étais mentalement, émotionnellement et physiquement épuisé. J’avais l’impression d’être dans un bateau tellement percé qu’il était impossible de l’écoper assez vite pour ne pas couler. J’avais tellement peur; je ne savais pas ce qui m’arrivait ou ce qui n’allait pas avec moi. »

Alan Scholes with the kids for Canadian Men's Health Week

Les difficultés de Nathan ont atteint un point critique quand au travail, on l’a été renvoyé à la maison après qu’il se soit « effondré ». Son salon a rapidement pris « l’apparence d’une résidence universitaire à ses pires heures avec des boîtes de céréales et de pizza vides empilées sur la table basse et de vieux cartons de lait jonchant le sol ».

Avec des amis qui prenaient de ses nouvelles chaque jour, avec son chien Winnie à ses côtés et avec le soutien et l’accompagnement de son employeur, il est éventuellement devenu évident que ce qu’il vivait n’était pas la « dépression saisonnière » que beaucoup de Canadiens vivent de temps en temps. « Jai réalisé que ma situation pouvait soit sempirer ou saméliorer, et il devait bien y avoir un moyen de laméliorer », explique Nathan.

Il avait raison. Le point décisif pour Nathan a été le fait d’en parler à son médecin de famille, qui l’a rapidement référé à un psychiatre du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH). Prendre son premier rendez-vous a été pour lui une petite victoire. « Ce n’était peut-être qu’un appel, mais ce jour-là, ça a été une réussite. »

Après avoir finalement reçu un diagnostic de dépression grave et de trouble anxieux, Nathan s’est fait prescrire des médicaments pour le « rééquilibrer » Il a commencé à consulter un thérapeute et il s’est inscrit à un programme de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) en groupe. « La TCC ma aidé à comprendre les causes profondes de mon anxiété et de ma dépression », explique-t-il. « Il existe des exercices très simples qui maident à gérer la routine du quotidien. Le thérapeute me permet de parler de ce que je ressens et me pose des questions pour me faire aborder les choses de manières différentes. »

Dans son processus de rétablissement, Nathan a aussi obtenu une foule de trucs que tous les gars peuvent utiliser pour combattre la déprime hivernale et empêcher qu’elle ne dégénère. Jetez un œil à ses trucs simples dans ce billet du blogue.

Alan Scholes with the kids for Canadian Men's Health Week

Deux ans après ce mois de janvier sombre, Nathan dit avoir repris le contrôle de sa vie. « Maintenant, je pense à la situation avant d’agir. Je ne m’emporte plus et je ne réagis plus avec excès aux petites choses qui pouvaient me provoquer. Quand je suis déprimé, je sais que les outils que j’ai acquis et que je continue de développer m’aideront à gérer tout ce que la vie peut me balancer au visage. »

Même une occasionnelle boule de neige pleine de boue.

Connaissez-vous quelqu'un qui pourrait bénéficier de cet article?

Partagez cette histoire de santé pour encourager et inspirer d’autres hommes ou écrivez-nous à pour découvrir comment vous pouvez aider les autres en partageant bien-être.

Visitez Changepastrop.ca pour découvrir comment de petits changements de mode de vie peuvent faire la différence.

Recevez Notre Bulletin

Inscrivez-vous afin de recevoir chaque semaine des conseils santé de Change pas trop dans votre courriel.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This